Commémoration du 11 septembre 2014

    JPG - 161.8 ko
    Hommage à Salvador Allende...
    JPG - 153 ko
    ... et aux camarades disparus
    JPG - 173.6 ko
    135 personnes rendirent hommage à Salvador Allende
    JPG - 138.9 ko
    Merci d’avoir été avec nous
    JPG - 134.8 ko
    Louis Joinet, toujours présent !
    JPG - 157.6 ko
    Intervention-Poème du PCCh
    JPG - 149.5 ko
    Intervention du Parti de l’Egalité
    JPG - 177.3 ko
    Intervention de Révolution Démocratique
    JPG - 157.4 ko
    Hommage à Benjamin CHAU MACHUCA
    JPG - 126.2 ko
    Intervention de France Amérique Latine

    Chers compatriotes, camarades et amis,

    Comme chaque année nous sommes Place Salvador Allende pour rendre un hommage collectif à tous nos camarades et compatriotes assassinés par la dictature militaire. Bien évidement, nos pensées vont tout d’abord au premier d’entre eux, le Président dont cet endroit porte le nom.

    Nous sommes ici aussi pour marquer notre droit à nous préoccuper de la réalité chilienne et à nous y impliquer malgré le temps et la distance. Faire le contraire ce serait donner raison à ceux qui nous ont obligés à l’exil. Ceci est d’autant plus important qu’année après année nous constatons que l’oubli, la fatigue et même le désenchantement, quand ce n’est pas la maladie ou la mort, éloignent beaucoup de nos camarades et concitoyens de ces cérémonies et de ces hommages collectifs qui perpétuent notre identité et confirment notre volonté d’un autre Chili.

    Plus que jamais nous sommes ici, Place Salvador Allende et à cette date précise, car la mémoire a besoin des points de repères ineffaçables, pour douloureux qu’ils soient.

    Quarante une années se sont écoulées après ce triste jour de septembre de 1973 où l’histoire de notre pays a basculé dans la barbarie déchaînée par les nantis et dans violence exercée par les puissants. Depuis lors, des milliers de nouveaux Chiliens sont nés, ont grandi et sont devenus des hommes et des femmes adultes. Que savent-t-ils de ce passé riche d’espoirs et d’avenir que nous étions en train de construire ? Quel journal, quelle revue leur a montré ce qui étaient nos idéaux, nos efforts et le fruit de notre travail ? Dans quel texte d’étude apprendront-ils que tous ces morts et disparus, sans compter le million de bannis et de damnés obligés à fuir leur terre, étaient des Chiliens comme eux, occupés à la noble tâche d’essayer de bâtir un meilleur avenir pour tous ? La mémoire et la fidélité à notre histoire, à nos idéaux et à nos morts constitue le seul rempart contre l’indifférence et l’oubli. Voilà pourquoi nous déclarons ici, une fois de plus, que notre mémoire est inébranlable et l’évocation des nos morts, permanente.

    Ils ne manqueront pas ceux qui, suivant ce courant faussement « moderne » qui prétend que nos idéaux et nos principes « ne sont plus à la mode », se demanderont pour quelle raison nous poursuivons sans relâche les luttes de libération de notre peuple. Il y aura aussi ceux qui penseront que ce n’est que la nostalgie qui nous anime. NON, ce qui nous inspire c’est la récupération des idées justes et des revendications légitimes auxquelles aspire une majorité de Chiliens depuis bien longtemps sans trouver de réponses satisfaisantes chez les responsables politiques. Puisque la maladie, l’ignorance, le manque de logement, le chômage ne passent pas de mode, mais constituent le lot quotidien de millions de nos compatriotes, pourquoi lutter contre ces injustices ne serait-il plus d’actualité ? Défendre les idées d’il y a 40 ans n’est pas archaïque, c’est juste la poursuite de nos combats pour un autre Chili. Qui a dit que nous ne pouvions pas bâtir notre avenir avec les pierres du passé ?

    JPG - 173.5 ko
    Intervention de l’Association

    Qu’ils se détrompent, les combats d’un peuple pour une vie meilleure et plus digne, pour une société plus juste et plus égalitaire, ne s’arrêtent pas seulement parce qu’une poignée de richards le décide. Les jeunes et les nouvelles générations l’ont compris et se mobilisent chaque jour davantage pour leurs droits, l’éducation en premier lieu. Cependant, l’amélioration de l’éducation ne pourra être financée que si une autre politique fiscale est mise en place. Une fiscalité plus juste, ainsi que la récupération de nos ressources naturelles et de nos matières primaires (cuivre, fer, lithium, eau, etc.) ne pourra avoir lieu que dans le cadre d’une nouvelle Constitution, pas celle de Pinochet et de son régime dictatorial. Changer la Constitution qui perpétue le modèle économique néo-libéral et qui empêche une vraie participation populaire et démocratique devrait être la tâche prioritaire de ce nouveau gouvernement qui n’a pas encore une année de vie.

    Exigeons une Assemblée constituante qui assure une véritable représentation à tous les Chiliens à commencer par les plus pauvres. Quel meilleur hommage à nos camarades tombés sous la dictature que de montrer la permanence de leurs idéaux et la continuité de leurs luttes dans le Chili d’aujourd’hui.

    ASSEMBLÉE CONSTITUANTE MAINTENANT !

    VIVE LE CHILI JUSTE ET DÉMOCRATIQUE !

    Association d’Ex Prisonniers Politiques Chiliens-France

    Paris, le 11 Septembre 2014

    JPG - 171.9 ko
    Les artistes musiciens


Angel PARRA nous a quitté
Attentat du 13 novembre
Le FASIC a aujourd’hui 40 ans
FACE AUX RECENTS CRIMES DE L’INTEGRISME EN FRANCE
Commémoration du 11 septembre 2014